Master : Une réforme historique

Master : Une réforme historique

0 328

le 04 Octobre, les représentants de la communauté universitaire se sont retrouvés au Ministère de l’Enseignement Supérieur pour finaliser la proposition de réforme du master attendue depuis de nombreuses années.

Cette réforme, nécessaire et demandée par la Fédération des Associations Générales Etudiantes (FAGE) a été validée par l’ensemble des parties prenantes. La sélection entre les deux années du cycle master pénalisait fortement la construction pédagogique du master et empêchait nombre d’étudiants inscrits pourtant en première année, d’aboutir à l’obtention du diplôme.

La réforme annoncée prévoit de garantir un droit à la poursuite d’étude pour tous les étudiants titulaires d’une licence et qui souhaitent poursuivre leurs études en master. Ainsi, les étudiants n’ayant pas obtenu leur premier voeu de M1 se verront proposer trois choix de master par le rectorat, dont au moins un dans leur université d’origine. Par ailleurs, si une mobilité géographique est envisagée, une aide financière est prévue pour permettre aux étudiants de s’installer dans une autre académie.

En deux ans, l’ensemble des organisations ont convergé vers cette réforme, créant aujourd’hui un nouveau droit, pour tous les étudiants. L’aboutissement de cette réforme démontre que la recherche collective de solutions, le dialogue constructif et la volonté de faire naître du consensus par le débat plus que par l’opposition de principe permet des victoires, et ici, une victoire majeure pour les étudiants : le droit à la poursuite d’étude en master. 

Comme la FAGE le revendiquait, une plateforme sera mise en place pour cartographier l’offre de formation master et favoriser l’orientation. Pour aller plus loin, il s’agira à l’avenir de permettre d’opérer la gestion des vœux directement sur la plateforme, afin de simplifier les démarches pour les étudiant.e.s, en centralisant l’ensemble des demandes sur un outil unique, en facilitant les entretiens à distance et en harmonisant les périodes d’inscription en master.