Blog Page 30

Depuis la rentrée 2016, les étudiants de l’Université de Picardie Jules Verne ont leur équipe au sein du challenge étudiant du WWF France, le « café Panda » qui a débuté officiellement le 26 octobre 2015 et prendra fin le 29 février 2016. Ils rejoignent ainsi les 20 autres Établissements d’Enseignement Supérieur en lice pour ce challenge.

Ce challenge mis en place par l’une des ONG les plus connues pour la protection de l’environnement, vise à mettre en avant les initiatives étudiantes autour de la thématique “développement durable” et d’en développer d’autres sur les différents campus français.

CAFE PANDA

Chaque action réalisée par une équipe permet de remporter des points. Les trois équipes ayant capitalisé le plus de points remportent ce challenge et seront mises en avant le 18 mars 2016 à l’occasion de l’Earth Hour (« une heure pour la Planète ») organisée par le WWF France.

La Fédération des Associations Étudiantes Picardes, l’association Nature en Fac et les membres du projet “Université Zéro Déchet” ont décidé de constituer une équipe pour ce challenge puisque chacune de nos organisations s’engage au quotidien pour une Université plus durable grâce à des actions diverses et variées.

Citons par exemple, les paniers de fruits et de légumes locaux que propose l’Agoraé chaque semaine, l’opération de tri des déchets organisée par la FAEP sur les campus de l’UPJV, les ateliers et conférences de Nature en fac ou encore le projet UZéroD souhaitant réduire au maximum les déchets produits à l’UPJV.

Nous avons besoin de la mobilisation des étudiants de l’UPJV !

Chaque étudiant inscrit à l’Université de Picardie Jules Verne souhaitant soutenir notre équipe peut le faire en s’inscrivant également au challenge à l’adresse suivante : http://cafepanda.fr/accueil/index.sls

Il suffit de remplir le questionnaire et d’indiquer son adresse e-mail UPJV (prénom.nom@etud.u-picardie.fr) et de sélectionner dans l’onglet “votre École”, l’Université de Picardie Jules Verne.

Dès la confirmation de votre inscription, vous êtes officiellement membre de notre équipe et vous pourrez nous faire gagner des points supplémentaires en recevant les deux newsletters (café Panda et WWF France) et en synchronisant vos comptes facebook, twitter et Instagram !  (clique sur la roue dentée à la droite de ton nom sur la page d’accueil de ton compte pour sélectionner les newsletters et synchroniser tes comptes).

Nous avons besoin de vous pour que notre Université remporte ce challenge étudiant et montrer ainsi que les étudiants de l’Université de Picardie Jules Verne s’engagent véritablement dans une démarche durable pour une Université verte !

Contact :

Page – facebook : Nature en fac

Page – facebook : FAEP

Page – facebook : UZéroD

1875

L’AGORAé, tu connais ? Son épicerie solidaire qui permet aux étudiants bénéficiaires de faire leurs courses à des tarifs avantageux, ses paniers de fruits et légumes à cinq euros qui permettent à tous les étudiants de s’adonner aux plaisirs de la cuisine et au bonheur de consommer des produits locaux… mais ce n’est pas que ça ! L’AGORAé, c’est aussi un lieu de vie à destination des étudiants qui lie convivialité, rencontres, découvertes et apprentissages. Lors du premier semestre, de septembre à janvier, ce sont sept ateliers qui ont pu se dérouler grâce aux efforts et à l’organisation de l’équipe de bénévoles qui s’investit au quotidien pour proposer toujours plus d’activités originales à destination des étudiants. Des étudiants soucieux de leur alimentation ou souhaitant se perfectionner dans l’art de l’écriture ont ainsi pu participer aux ateliers orientés autour de deux grandes thématiques.

« Utiliser les mots sans savoir leurs racines, c’est se nourrir sans connaître la cuisine » – Xavier BREBION

  •  Les ateliers de cuisine
    Atelier anti gaspillage

Au cœur des préoccupations des étudiants, l’alimentation est aussi primordiale pour la santé. Consciente que les jeunes délaissent parfois par manque de temps ou de moyens, voire d’envie, l’AGORAé a souhaité mettre en place des ateliers de cuisine réguliers, recevant l’expertise de cuisiniers ou diététiciennes.

Le semestre a commencé avec un atelier théorique, sans cuisine, pendant lequel les étudiants ont pu apprendre les bases de la cuisine grâce aux conseils d’une diététicienne. Ils ont pu s’exercer aux bonnes pratiques et à une cuisine diététique et délicieuse quelques semaines plus tard lors d’un autre atelier. Verrines, papillotes et desserts ont ainsi parfumé les locaux de l’AGORAé… et mis l’eau à la bouche de nos étudiants ! Après chaque atelier, d’une à deux heures, est bien sûr organisée une dégustation des plats mijotés au cours de la soirée.

Si l’alimentation influe sur notre santé, elle peut aussi avoir des conséquences sur l’environnement. En prolongement de l’axe orienté autour du développement durable initié par la FAEP (voir notre article « Les étudiants se mettent au vert »), deux ateliers anti gaspillage alimentaire ont permis aux participants de limiter leurs déchets et apprendre à cuisiner des mets appétissants avec des restes. Aussi, ils ont pu réfléchir aux pratiques permettant de limiter le nombre de nos aliments qui partent à la poubelle, et ainsi également limiter le coût de leurs achats en nourriture.

Les fêtes de fin d’année approchant, nos étudiants se sont accordés une parenthèse gourmande lors du cinquième atelier du semestre, qui leur a donné l’occasion d’épater leurs proches à Noël en réalisant des bûches et sablés dignes des grands pâtissiers.

  •  Les ateliers d’écriture

On dit que l’écriture est la peinture Chapeau Melon et Piles de Livresde la voix. Bien que nous sommes nombreux à être amenés à écrire dans notre quotidien, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un art, mêlant à la fois mémoire, partage, et histoire. Grâce au partenariat de l’AGORAé avec la libraire « Chapeau Melon et Piles de Livres » (11 rue des Lombards à Amiens), et à l’amour de son propriétaire David Guggenheim pour les arts littéraires, deux ateliers d’écriture se sont tenus au sein de son établissement. Mégan Laurent, volontaire en service civique à l’AGORAé, nous présente comment ces deux moments conviviaux se sont déroulés :

« L’atelier a lieu une fois par mois et dure 1h30, il est prévu pour 8 à 10 étudiants. Il se déroule toujours de la manière suivante : les étudiants réunis autour de la table et d’une boisson (offerte par la FAEP), se présentent tour à tour en indiquant leur nom, leurs études, et pour finir l’animatrice leur pose une question en lien avec l’écriture et la littérature, pour débuter l’atelier, exemples : quel est votre auteur préféré ? Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Ces questions permettent de « briser la glace », et d’entamer les exercices :
L’atelier est divisé en trois parties, deux exercices courts et un exercice long, avec toujours un temps de lecture où les étudiants rendent compte de leurs écrits. Les exercices sont tous abordables quel que soit le « niveau » de l’étudiant.

Les activités courtes sont faciles et récréatives : l’exercice du dictionnaire (créer un mot de toutes pièces avec des syllabes choisies par les autres étudiants et en donner sa définition), l’exercice du lipogramme (reprendre un texte en enlevant une lettre), ou encore l’acrostiche que nous pouvons expliquer par l’exemple suivant réalisé lors d’un atelier :

DAVID

Doux chevalier,
Aux cheveux bruns,
Victorieux et
Insaisissable,
De Gaulle est son dieu.

En termes d’exercices longs avec un niveau plus intermédiaire, nous avons l’activité dite du «chapeau», chaque étudiant donne un mot, avec cette liste de mots ils doivent rédiger un écrit dans un style précis qu’ils tireront du chapeau (discours politique, règles du jeu, critique de film, publicité, lettre d’amour). Voici un texte rédigé par un étudiant :

Mots : grand, bonheur, mignon, trombinoscope, épidermique, castration.
Style imposé : lettre d’amour

Ô ma muse, ma belle amante,

Gabrielle, sache-le depuis que j’ai aperçu ton doux visage dans le trombinoscope de notre école, mon amour pour toi enfle de jour en jour. Il prend du volume comme un testicule dont le revêtement épidermique se gorgerait d’eau. Il me faut canaliser cette grande passion que je te porte, déverser en toi ce surplus d’affection avant que l’implosion me guette. Comme cette bourse débordante dont le propriétaire finirait par être victime de castration, il me faut convoler avec toi pour retrouver mon état normal. Ô belle Gabrielle, si tu savais les heures passées à t’admirer…
J’ai déjà pour toi la fidélité du mignon à son maître incontesté. Dévoué, je te serais afin que de nager dans le bonheur, nous puissions.

Tout feu tout flamme je suis, et je te prie que tu donnes le feu vert à notre idylle. Notre amour flamboyant projette déjà sa chaleur sur moi, et je brûle d’impatience de pouvoir lire ta réponse.

Ton grand admirateur,
Marcel

 

Cet atelier a été créé dans le but de proposer aux étudiants une activité récréative qui sort de l’ordinaire, tout en pouvant rencontrer d’autres camarades. Les ateliers de l’AGORAé sont axés sur l’inclusion sociale.

Autour de cette activité d’écriture, l’étudiant produit une création originale, l’atelier peut favoriser et stimuler l’imaginaire de ce dernier ainsi que son écriture et son langage. Il peut permettre également d’échanger au tour de sa passion des livres et des mots, ou plus simplement de passer un moment convivial et dans la bonne humeur. »

 

  • Encore plus de découvertes au second semestre !

Face au succès rencontré par ces deux thématiques, les ateliers du lieu de vie de l’AGORAé reprendront dès le début du second semestre de l’année universitaire, se multiplierons et se diversifieront. Avec l’aide d’étudiants de tous horizons et ayant des compétences différentes, les participants pourront ainsi s’initier à la sophrologie, dialoguer autour d’un café avec des étudiants internationaux, apprendre les rudiments de la langue des signes avec des étudiants en orthophonie, ou encore parfaire ses candidatures de stage ou d’emploi avec des étudiants et jeunes diplômes en ressources humaines et psychologie du travail.

Pour participer à ces différentes activités, suivez notre actualité sur notre page facebook. Et si vous souhaitez vous aussi partager une expérience, des connaissances, des savoir-faire, n’hésitez pas et rejoignez l’équipe de bénévoles de l’AGORAé Amiens pour proposer de nouveaux ateliers !

Atelier AGORAé

1665

Le mois de décembre évoque souvent les fêtes, les cadeaux, les vacances, le passage à une nouvelle année… mais aussi la solidarité ! Alors que le Téléthon se déroulait les 4 et 5 décembre, la FAEP et ses associations étudiantes ont comme chaque année déployé leurs efforts, proposant aux amiénois de nombreux stands et actions afin de récolter le maximum de dons.

Toute la semaine précédant l’événement, une dizaine d’associations étudiantes (Sciences Humaines, Géographie, Droit et bien d’autres) se sont mobilisées pour proposer des stands de petits-déjeuners et boissons sur leurs lieux d’études, mais aussi des actions originales comme un défi-vélo organisé par l’Association des Etudiants Sage-Femmes d’Amiens (AESFA) qui consistait à donner une somme d’argent en fonction de kilomètres parcourus sur un vélo d’appartement. Durant toute cette semaine, la FAEP était également présente à la parfumerie Marionnaud afin de confectionner les emballages cadeaux des amiénois venus préparer leurs courses de Noël.

Téléthon03
Soirée interfacs pour le Téléthon

Puisque solidarité peut aussi rimer avec festivité, cinq associations du réseau ont organisé à l’Omnia Club une soirée spéciale pour le Téléthon le mercredi 2 décembre. La CMA (Médecine), l’AEPA (Pharmacie), l’AESFA, GEPETO (Orthophonie) et l’AESA (Sciences) ont ainsi convié les étudiants de toutes filières à venir danser et s’amuser tout en faisant contribuant à cette cause.

Enfin, pour clôturer cette semaine d’activités et précéder l’émission du Téléthon, la FAEP a tenu un chalet sur le marché de Noël d’Amiens, en profitant ainsi pour attirer le plus grand nombre de personnes possible, et leur proposant des portes-clés, carnets, bougies… à l’effigie du Téléthon.

Téléthon01
Chalet de Noël de la FAEP en faveur du Téléthon

Fortes de cette mobilisation et de la générosité des individus, la FAEP et son réseau ont ainsi pu récolter au total la somme de 2300 € !

– Et puisque la solidarité ne dure pas que le temps du mois de décembre, sachez qu’il est toujours possible d’adresser vos dons pour la recherche et l’accompagnement des personnes malades –

SUIVEZ-NOUS