Programme Centraux

Programme Centraux

FB_BANNER_GEN

Profession de foi de la liste
Bouge Ta Fac
avec la FAEP, la FAGE
et tes assos étudiantes

Élection des représentants étudiants aux Conseils Centraux de l’Université de Picardie Jules Verne le mardi 15 mars 2016

La Fédération des Associations Étudiantes Picardes (FAEP) est une association loi 1901 qui a été créée en 1996, à l’initiative de membres d’associations étudiantes dans le but de donner au mouvement associatif picard une représentation à l’échelle régionale.

L’idée motrice est simple : tisser un lien entre les associations étudiantes de toute la Picardie quelles que soient les filières de formations (université, écoles, BTS, CPGE, formations sanitaires et sociales …) afin de partager les expériences, actions et projets de chacun pour dynamiser la vie étudiante et créer une cohésion entre l’ensemble des étudiants de Picardie. De plus, les associations étudiantes, de par leur contact quotidien et la proximité avec les étudiants de leur pôle, par une connaissance approfondie de leur filière et de leurs problématiques, sont les plus à même de représenter et de défendre l’intérêt des étudiants auprès de l’ensemble des partenaires : l’Université de Picardie Jules Verne, l’Université Technologique de Compiègne, les écoles, les instituts, le CROUS Amiens Picardie …

Aujourd’hui la FAEP est la première organisation représentative des étudiants de Picardie par sa présence majoritaire dans tous les conseils centraux de l’Université de Picardie Jules Verne et au conseil d’administration du CROUS Amiens-Picardie. LA FAEP est apartisane et aconfessionnelle, permettant de proposer à chaque étudiant une représentation indépendante, experte et pragmatique.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes est composée de 19 associations étudiantes, permettant ainsi une véritable force de maillage du territoire régional :

  • AESFA : Association des Etudiants Sages-Femmes d’Amiens
  • AEPA : Association des Etudiants en Pharmacie d’Amiens
  • AESA : Association des Etudiants en Sciences d’Amiens
  • ASA : Associations STAPS Amiens
  • ASKA : Association Sportive des Etudiants Kiné d’Amiens
  • BDS ESIEE : Bureau des Sports de l’ESIEE
  • BED : Bureau des Etudiants en Droit (Amiens)
  • BIOMECITEC
  • CAPPS : Corporation Amiénoise de Psychologie, Philosophie et Sociologie
  • CéIA : Corporation des Etudiants Infirmiers d’Amiens
  • CMA : Corporation Médecine Amiens
  • Geosystem : Association des étudiants en Géographie (Amiens)
  • GEPETO : Association des étudiants en Orthophonie (Amiens)
  • Histoire de … : Association des étudiants en histoire (Amiens)
  • Info Contact : Association des étudiants en IUT Informatique (Amiens)
  • IPEPS : Initiatives Pédagogiques pour les Etudiants Picards en Santé
  • MIAGE PLUS : Association des étudiants en MIAGE (Master de méthodes Informatiques appliquées à la Gestion des Entreprises)
  • Secours 80 : Association de secourisme de la Somme
  • Soliméda : Association de solidarité internationale

Au-delà de cet aspect régional, la Fédération des Associations Etudiantes Picardes est adhérente à la Fédération des Associations Générales Etudiantes (FAGE), qui est la plus importante organisation de jeunes de France. La FAGE représente plus de 300 000 étudiants issus des 200 associations adhérentes de toute la France.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes met en place plusieurs projets tout au long de l’année pour accompagner les étudiants picards et leur permettre de s’épanouir dans les études, clé d’un enseignement supérieur qui assure sa fonction d’ascenseur social et d’une insertion professionnelle réussie.

Depuis plusieurs années la FAEP développe une politique culturelle ambitieuse de démocratisation de l’accès à la culture pour tous en proposant une offre culturelle variée au plus près des étudiants picards avec une représentation cinématographique mensuelle gratuite sur les sites universitaires amiénois et délocalisés de l’Université de Picardie Jules Verne ou au cinéma Saint-Leu. Nous proposons également aux étudiants d’assister à des représentations artistiques gratuitement au Cirque Jules Verne puis d’échanger avec les artistes sur cette représentation. Le projet culturel majeur porté par la FAEP par et pour les étudiants est notre tremplin musical qui permet à de jeunes artistes de se produire devant des jeunes picards puis au gagnant d’être en première partie d’une tête d’affiche de renommée régionale ou nationale. Ainsi les étudiants et les jeunes picards ont accès à une programmation culturelle variée tout au long de l’année à moindre coût pour leur permettre un accès à la culture et au divertissement, vecteur de cohésion social et de réussite dans leurs études.

En février 2015, la FAEP a ouvert son épicerie sociale et solidaire par et pour les étudiants – l’AGORAé. Cet espace d’échange et de solidaire ouvert à tous permet aux étudiants en difficultés d’avoir accès à des produits variés et de qualité à moindre coût (produits alimentaires, d’hygiènes et d’entretien, fournitures scolaires à un coût inférieur à 80% de la grande distribution) dans une volonté d’accompagner l’étudiant en situation difficile pour lui éviter un salariat subi qui entrave son cursus universitaire. Au sein de l’AGORAé qui se veut être un espace non stigmatisant ouvert à tous les étudiants, nous accueillons chaque étudiant au sein du lieu de vie pour un moment d’échange convivial. La FAEP a mis en place plusieurs ateliers au sein du lieu de vie depuis la rentrée universitaire : ateliers avec une diététicienne, ateliers cuisine, ateliers écriture … pour proposer aux étudiants des activités variées et enrichissantes. La FAEP organise également une opération « Paniers de Fruits et Légumes » hebdomadaires en proposant à tous les étudiants de bénéficier d’un panier de fruits et légumes locaux, récoltés aux Hortillonnages d’Amiens, pour la somme fixe de 5€. L’accès à une alimentation saine et équilibrée pour tous les étudiants est une de nos priorités.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes s’est également engagée dans une politique de prévention et promotion de la santé par et pour les étudiants (Bouge Ta Santé) afin de sensibiliser les jeunes aux relations affectives et IST, aux addictions sous toutes leurs formes, au bien-être et à la sécurité routière. Nous organisons ainsi des journées de sensibilisation autour d’activités ludo-pédagogiques (jeu de société, jeu géant …) sur les différents campus picards. La FAEP et son réseau participe aux journées nationales de prévention tel le Téléthon pour soutenir les maladies neuromusculaires, le Sidaction, les campagnes contre le cancer …

Enfin dans un volet autour de la citoyenneté, nous mettons en place plusieurs actions de sensibilisation et de discussion autour d’enjeux de société. Ainsi la FAEP organise une sensibilisation au développement durable chez les étudiants afin d’agir pour notre société. De la même manière une campagne de sensibilisation aux enjeux des élections régionales est organisée en partenariat avec le CRAJEP de Picardie dont nous sommes administrateurs.

Travailler en réseau est aussi la plus grande force de la FAEP. Obtenir une synergie entre les efforts des élus des UFR et des IUT à l’échelle locale, des élus de l’UPJV à l’échelle centrale, et des élus du CROUS, est un objectif nécessaire pour pouvoir défendre efficacement les intérêts de la communauté étudiante. C’est ainsi que la FAEP peut aujourd’hui être experte sur les problématiques d’enseignement supérieur et de vie étudiante, par une analyse à la fois locale et nationale.

Des étudiants candidats formés et compétents :

Les étudiants associatifs faisant partie de notre réseau sont formés nationalement et localement sur le fonctionnement de l’Université, des écoles, instituts, sur les droits et devoirs des étudiants, sur les initiatives offrant du service à l’étudiant… ; les compétences des étudiants bénévoles de notre réseau sont multiples, faisant d’eux des interlocuteurs compétents et crédibles au sein de l’Université de Picardie Jules Verne.

Les élus étudiants actuels, tout comme les futurs élus, sont formés tout au long de leur mandat via des évènements nationaux – tels que le Séminaire National des Elus Etudiants de la FAGE (SNEE), ou encore les universités d’été de la FAGE. Il s’agit d’un apprentissage par les pairs, et surtout d’échanger avec les élus des Universités des autres académies, dans le but de savoir comment fonctionne l’ensemble des établissements de l’Enseignement Supérieur. L’objectif étant de mettre en place en Picardie les bonnes pratiques mises en place ailleurs sur le territoire, ainsi que des formations régionales sur des thématiques locales.

Le programme de la FAEP : des propositions par et pour les étudiants

Cette profession de foi, rédigée par les candidats de la Fédération des Associations Etudiantes Picardes, est portée par notre proximité avec l’ensemble des étudiants et notre connaissance des problématiques de l’Université de Picardie Jules Verne. Parmi les enjeux de ces élections centrales, nous entendons porter la voix des étudiants et répondre au mieux à leurs besoins.

Ces propositions ont pour finalité l’amélioration de la pédagogie et de la formation dispensées à l’Université de Picardie Jules Verne en plaçant l’étudiant au cœur de sa formation ; l’amélioration des conditions de vie étudiante à l’Université. Nous proposons ici des solutions pour répondre aux difficultés rencontrées par les étudiants. Les candidats de la liste “Bouge Ta Fac avec la FAEP, la FAGE et tes assos étudiantes” s’engagent grâce à votre confiance à faire tout leur possible pour représenter au mieux les étudiants dans l’ensemble des conseils centraux de l’Université.

Nous vous proposons une profession de foi autour de 3 axes :

  • L’étudiant au cœur de sa formation
  • La vie étudiante au cœur de l’Université
  • Une université au service des étudiants

Orientation / réorientation active au service des étudiants

La démocratisation de l’enseignement supérieur est l’un des principaux enjeux de l’Université aujourd’hui avec en moyenne 50.000 étudiants supplémentaires qui rejoignent les bancs de l’Université chaque année. La FAEP soutiendra la poursuite des dispositifs « égalité des chances » à l’Université de Picardie Jules Verne tels que les ambassadeurs ou tuteurs qui permettent à des étudiants d’aller présenter l’Université, ses formations et la vie étudiante aux lycéens de la région.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes œuvrera pour une orientation active dans le cadre du continuum bac -3 / bac +3 afin d’informer de manière éclairée le lycéen sur les domaines de formation et les contenus pédagogiques. L’objectif étant que chaque lycéen qui souhaite poursuivre ses études à l’Université trouve une formation correspondant à ses attentes et répondant à son projet professionnel. En effet nous souhaitons mettre en place des plaquettes d’information en collaboration avec les équipes pédagogiques des différentes UFR sur les formations proposées à destination des lycéens.

Actuellement nous constatons un taux d’échec élevé à la fin de la première année de licence. C’est pourquoi il faut accompagner les étudiants dans cette période clé pour leur permettre de rebondir. La FAEP souhaite la mise en place de dispositifs de réorientation et/ou de passerelles entre les différentes filières pour permettre aux étudiants de rebondir pour acquérir les connaissances et compétences nécessaires à leur projet professionnel.

Pédagogie active et innovante

Alors que les enseignants-chercheurs doivent mettre en œuvre l’art de la pédagogie avec leurs étudiants, nous constatons que les méthodes pédagogiques n’ont pas évolué avec le temps… En effet, trop peu de professeurs changent leur façon d’enseigner en lien avec les innovations pédagogiques, laissant place à un désintérêt de plus en plus grand des étudiants pour les cours magistraux, trop théoriques et ne laissant aucune place aux interactions entre enseignants et étudiants.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes souhaite la mise en place de nouvelles modalités pédagogiques dites actives comme les classes inversées. En effet le principe de ces innovations pédagogiques est de placer l’étudiant au cœur de sa formation en le rendant acteur de son apprentissage et non plus spectateur d’un amphithéâtre.

La mise en place de ces nouvelles modalités est essentielle pour avoir une Université aux pratiques pédagogiques modernes et répondant aux attentes des étudiants. En préparant le cours en amont de la séance en amphithéâtre, l’étudiant s’inscrit réellement dans une démarche de recherche et d’apprentissage par lui-même, l’enseignant étant un facilitateur de connaissances et de méthodologie.

De la même manière, les mises en situation et séances de simulations dans les formations sont une plus-value qu’il faut développer. Trop théoriques, la majorité de nos formations et enseignements ne permettent pas à l’étudiant de se projeter dans une situation donnée et d’acquérir des compétences essentielles pour sa vie professionnelle.

Le numérique et la pédagogie

L’Université de Picardie Jules Verne doit être une Université du futur, tournée sur le numérique au service de la pédagogie. En effet, le numérique doit faire pleinement partie de la formation des étudiants car il fera partie demain du monde professionnel.

Pour que cela soit fait de manière cohérente et pragmatique, l’ensemble des enseignants-chercheurs de l’Université doivent avoir une formation sur « la pédagogie à l’ère du numérique » pour utiliser les avantages et possibilités offertes par le numérique au service de la pédagogie proposée aux étudiants.

 La Fédération des Associations Etudiantes Picardes défendra la mise en place généralisée des supports de cours sur l’Espace Numérique de Travail, accessible à tous les étudiants. L’utilisation de cet espace pour l’instant très hétérogène suivant les UFR peut apporter un réel soutien aux étudiants : la mise à disposition de supports pédagogiques permet à l’étudiant de préparer au mieux la séance en étant acteur de sa formation.

Les séances de Travaux Dirigés doivent également être disponibles en ligne pour les étudiants, cependant il est important de les distribuer également en version papier pour ne pas défavoriser les étudiants n’ayant pas accès à internet à leur domicile.

Forte de ces constats la FAEP demande à ce que le développement du numérique se fasse rapidement pour ne pas déconnecter les compétences des étudiants à celles attendues dans le monde professionnel.

L’évaluation des enseignements

L’évaluation des enseignements est aujourd’hui une obligation légale dans l’enseignement supérieur et une réelle nécessité pour offrir une formation de qualité aux étudiants en s’adaptant aux évolutions pédagogiques.

Rappelons tout d’abord qu’il ne s’agit absolument pas d’évaluer et de porter un jugement sur un enseignant-chercheur lui-même mais bien sur une méthode d’enseignement afin de faire le bilan d’une pratique pédagogique et de proposer des évolutions si nécessaire.

Actuellement ces évaluations se font de manière hétérogène suivant les UFR et les formations, à un rythme qui n’est pas toujours adapté, souvent en fonction de la bonne volonté d’une équipe pédagogique avec un questionnaire à réponses fermées auquel tous les étudiants de la formation doivent répondre.

Les élus de la Fédération des Associations Etudiantes Picardes tenteront de démocratiser cette pratique à l’ensemble de l’Université de Picardie Jules Verne – UFR, IUT, ESPE … – et de la rendre obligatoire tous les deux ans pour chaque formation. Le but est de remettre les besoins et les attentes des étudiants au cœur des problématiques de l’Université.

Des pratiques globalisées (MCC, procédure de scolarité, examen …)

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes constate actuellement une grande hétérogénéité dans les pratiques de chaque composante, que ce soit pour les scolarités, les affichages d’informations, les modalités de contrôle de connaissances, l’organisation et le déroulement des examens.

Nous nous devons d’assurer une égalité de traitement des étudiants dans l’ensemble des Universités. Pour une meilleure cohérence et une organisation optimale, la Fédération des Associations Etudiantes Picardes demande la mise en place de procédures homogènes et cohérentes dans l’ensemble des composantes.

Ces procédures cohérentes et homogènes permettront de gagner en lisibilité d’information auprès des étudiants notamment en cas de réorientation. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes veillera à l’affichage des modalités de contrôle des connaissances dans l’ensemble des composantes dans le mois suivant la rentrée universitaire et à ce qu’aucun changement n’intervienne au cours de l’année au détriment des étudiants.

S’agissant des examens et de leur organisation, nous veillerons à l’application de la charte des examens, notamment la surveillance qui doit toujours être assurée par au moins deux personnes présentes quinze minutes avant le début de l’épreuve, dans le but d’éviter les fraudes aux examens.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes s’assurera que les secondes sessions d’examen doivent impérativement se dérouler au moins quinze jours après l’affichage des résultats de première session.

L’ensemble de ces pratiques (affichages, organisation des examens, calendrier …) doit, selon la FAEP, être respecté dans l’ensemble des composantes.

Une offre de formation adaptée à l’étudiant

L’Université, tout en accueillant un nombre croissant d’étudiants, se doit d’offrir une formation adaptée à chaque étudiant. Tout d’abord il est essentiel de respecter les régimes spécifiques d’études, allant des personnes en situation de handicap aux étudiants salariés, en passant par les étudiants engagés ou internationaux. Ainsi l’ensemble des étudiants doivent pouvoir poursuivre leur formation avec une Université qui s’adapte à chaque situation.

La mise en place de l’année de césure, permettant à chaque étudiant de voyager, d’entreprendre, de s’engager dans un milieu associatif …, est une victoire pour les étudiants qui militaient pour cette mise en place depuis plusieurs années. Désormais la Fédération des Associations Etudiantes Picardes demande un cadrage précis à l’Université de Picardie Jules Verne pour que chacun puisse bénéficier de cette possibilité d’ouverture sur le monde et la société durant le cursus universitaire.

La mise en place d’Unités d’Enseignement dites libres dans l’ensemble des parcours de licence à l’Université de Picardie Jules Verne est une avancée permettant aux étudiants d’élargir leur intérêt et leur culture au-delà de la formation et des domaines qu’ils connaissent.

Cependant, aujourd’hui, nous constatons de nombreuses difficultés pour suivre une Unité d’Enseignement Libre dans une autre composante que celle de sa formation initiale (incompatibilité d’emplois du temps, places limitées, non ouverture à toutes les filières …). La FAEP demande à ce que toutes les Unités d’Enseignement dites Libres soient accessibles à tous les étudiants de l’UPJV (respect de l’après-midi «UE libre » par exemple).

L’insertion Professionnelle au cœur de la formation

Au-delà des enseignements et formations dispensés à l’Université, l’établissement se doit de permettre aux étudiants d’acquérir des compétences, gages d’une insertion professionnelle réussie. L’établissement doit donc préparer l’étudiant tout au long de son cursus universitaire au monde professionnel en l’accompagnant sur la définition de son projet, dans la rencontre avec des professionnels puis dans la connaissance du monde du travail.

Actuellement le choix d’un métier est loin d’être chose aisée pour les étudiants dont un certain nombre reste focalisé sur l’obtention d’un diplôme universitaire. La FAEP œuvrera pour la mise en place de plusieurs dispositifs afin d’accompagner l’insertion professionnelle :

Tout d’abord, partant du constat que beaucoup d’étudiants ignorent ce qu’ils veulent faire une fois leurs études terminées, la Fédération des Associations Etudiantes Picardes souhaite travailler sur la mise en place d’un projet professionnel personnalisé pour chaque étudiant accompagné par un enseignant référent. Dans le cadre de celui-ci, chaque étudiant aurait l’occasion de réfléchir de manière récurrente à son avenir et d’échanger avec un enseignant chercheur sur ses préoccupations.

De plus, il nous apparaît important de mettre en place des forums professionnels où les étudiants auront l’occasion de rencontrer l’ensemble des professions d’un secteur d’activité correspondant à leur formation sur le modèle des jobs dating. Le but étant de faire découvrir aux étudiants des métiers, de créer ou de confirmer des vocations professionnelles.

Enfin, l’insertion professionnelle passe également par l’augmentation de la place des stages dans les formations universitaires pour permettre aux étudiants de lier les connaissances acquises à l’Université avec les compétences attendues dans le monde professionnel.

Il semble essentiel aux élus de la Fédération des Associations Etudiantes Picardes de placer l’insertion professionnelle au cœur des formation à l’UPJV.

La formation par les pairs

L’arrivée dans le monde universitaire des néo-étudiants est souvent déroutante, tant par le changement dans les pratiques pédagogiques elles-mêmes que par le cadre universitaire. Cette adaptation qui est demandée à chaque étudiant entre son établissement du secondaire et l’Université se fait plus facilement en étant accompagné par ses pairs.

En effet il est plus aisé pour un étudiant de prendre les conseils d’un autre étudiant d’une année supérieure que de solliciter un professeur sur le fonctionnement de l’Université et ses aspects pratiques. La FAEP demande la mise en place d’un accompagnement par les pairs des néo-étudiants à leur arrivée à l’Université.

L’accompagnement par les pairs présente plusieurs avantages :

  • Tutorat pédagogique comme celui mis en place par l’association Initiatives Pédagogiques pour les Etudiants Picards en Santé (IPEPS) du réseau de la FAEP en collaboration avec les UFR de médecine et de pharmacie pour les étudiants en Première Année Commune aux Etudes de Santé ; où les étudiants en années supérieures proposent des séances de révision et d’entraînement aux étudiants.
  • Mise en place d’un parrainage des néo-étudiants arrivant à l’Université par des étudiants en année supérieure pour leur apporter un soutien, répondre à leurs interrogations sur le déroulement du semestre et lever leurs appréhensions.

A l’heure actuelle il est regrettable que les tous les étudiants n’aient pas accès au tutorat dès le premier semestre. Les élus de la Fédération des Associations Etudiantes Picardes agiront pour l’instauration ou la réinstauration de tuteurs dans toutes les composantes de l’Université pour être au plus proche des néo-étudiants et les accompagner dès leur arrivée à l’Université.

Intégration universitaire

Le 11 février 2016, le Premier Ministre a annoncé à l’occasion de la Grande Conférence de Santé sa volonté de confier aux Universités l’encadrement pédagogique des formations paramédicales.

Depuis de nombreuses années la Fédération des Associations Etudiantes Picardes demande « l’universitarisation » des formations de maïeutique et paramédicales pour assurer aux étudiants suivant ces formations les mêmes conditions que celles de l’Université.

Ce processus recouvre un ensemble d’éléments, en termes de référentiels de compétences, de formations, de diplômes, de gouvernance des formations, de droit des étudiants, de statut des professionnels qui nécessitent des avancées rapides.

Actuellement l’école de sage-femme du CHU d’Amiens Picardie et les principales écoles paramédicales (Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie, Instituts de Formation en Soins Infirmiers …) sont sous conventions avec l’Université de Picardie Jules Verne, leur permettant de bénéficier d’une coopération pédagogique et d’accéder à un certain nombre de services (médecine préventive, affaires culturelles, bibliothèques …).

La FAEP œuvrera pour que ces formations de maïeutique et paramédicales deviennent des formations universitaires à part entière. Les étudiants en études paramédicales et de maïeutique doivent bénéficier des mêmes conditions et du même statut que les étudiants inscrits à l’UPJV.

Doctorants

Partant du constat qu’actuellement la recherche à l’Université est trop souvent méconnue des étudiants en licence et master et que les doctorants sont trop souvent isolés au sein de leurs équipes de recherche notamment les doctorants internationaux, la Fédération des Associations Etudiantes Picardes soutiendra la mise en place d’un « café des doctorants » pour permettre à ces derniers d’échanger dans un espace chaleureux et convivial. Ces temps d’échanges pourraient également être ouverts aux étudiants en licence et master afin de faire découvrir le monde de la recherche le plus largement possible sur le modèle de journée scientifique organisée par l’Institut d’Ingénierie de la Santé pour faire découvrir les laboratoires en santé aux étudiants.

A l’heure actuelle, trop peu de doctorants parviennent à donner des cours pendant la rédaction de leur thèse à cause du nombre limité de postes d’enseignant-chercheur. Ces cours sont pourtant avantageux pour les doctorants qui peuvent ainsi acquérir une expérience d’enseignement tout en tirant de cette activité un complément de revenu. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes souhaite le développement de ces opportunités pour les doctorants.

Nous souhaitons également engager une réflexion sur la mise en place de cours solidaires avec nos doctorants. Afin de resserrer les liens entre doctorants et étudiants d’autres niveaux, les doctorants, qui ont acquis une compétence dans leur domaine spécifique, pourraient proposer des cours solidaires, c’est-à-dire à un prix modique, aux étudiants en licence et en master.

Cela pourrait être bénéfique tant pour les doctorants qui découvriraient les joies et les difficultés de l’enseignement, car il n’est pas de meilleur moyen de se perfectionner dans une discipline que de l’enseigner, que pour les étudiants qui trouveraient là une occasion de réviser et d’approfondir leurs connaissances.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes œuvrera pour la revendication du statut de chercheur pour les doctorants. Tout en étant étudiant en troisième cycle de formation à l’Université de Picardie Jules Verne, les doctorants doivent être reconnu comme des chercheurs à part entière pleinement intégré dans les équipes de recherche.

Nous engagerons une réflexion sur les frais d’inscription des doctorants qui est un réel problème actuellement. Cela vient essentiellement de la distinction entre les statuts étudiants, étudiants-vacataires, étudiants-contractuels. Ces deux dernières catégories, exonérées dans certaines universités mais pas à l’Université de Picardie Jules Verne, ont l’impression « de payer pour travailler ».

La Sélection à l’Université

La question de la mise en place d’une sélection à l’entrée à l’Université au niveau national et des capacités d’accueil au niveau de l’UPJV sont des sujets sur lesquels nous devons rester extrêmement vigilants. Il est inenvisageable pour la Fédération des Associations Etudiantes Picardes que l’UPJV ait recours à une sélection à l’entrée à l’Université, sous n’importe quelle forme, qui irait totalement à l’encontre de notre vision de démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur. Une sélection, peu importe sa forme et ses critères, ne peut être la réponse à un désengagement grandissant de l’Etat dans ses universités.

Par ailleurs, la question se pose également durant le cursus universitaire et particulièrement à la fin du Master 1 pour accéder à un Master 2. Cette situation n’est pas acceptable pour la FAEP puisqu’elle va à l’encontre du système Licence-Master-Doctorat en laissant des étudiants sur le côté en Master 1. Cela crée une situation de stress chez les étudiants avec l’inquiétude d’arriver sur le marché du travail avec un demi-diplôme sans valeur réelle.

 La Fédération des Associations Etudiantes Picardes se positionne pour la création d’une plate-forme Admission Post-Licence, créée sur le même principe qu’Admission post-Bac permettant aux étudiants de faire leur choix à la fin de leur licence et de s’assurer ainsi une admission pour les deux années de master.

L’animation des campus

L’Université n’est pas uniquement un lieu de formation pour les étudiants, c’est également et avant tout un lieu de vie, d’échanges, d’émancipation qui doit réunir toutes les conditions pour offrir une vie étudiante dynamique et tournée vers l’avenir. En effet, l’Université de Picardie Jules Verne se doit d’offrir aux étudiants différentes actions permettant une vie de campus dynamique vecteur d’une meilleure réussite universitaire.

Pour cela le CROUS d’Amiens-Picardie et l’UPJV ont mis en place un projet d’animation des campus : Campus en Mouvement autour de 3 axes principaux : l’accompagnement et l’intégration des nouveaux étudiants, la promotion de la santé et le développement de la citoyenneté. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes et son réseau sont pleinement investis dans cette dynamique avec des projets portés par nos associations étudiantes autour de ces 3 thématiques. Ainsi la FAEP mettra en place un partenariat avec le CROUS Amiens Picardie et l’Université de Picardie Jules Verne pour que les étudiants et leurs associations étudiantes soient des acteurs de « Campus En Mouvement ».

Afin de favoriser une vie étudiante dynamique et épanouie, facteur d’attractivité de l’établissement auprès des étudiants, la FAEP œuvrera pour la mise en place de temps forts rassemblant l’ensemble des étudiants de l’Université : village étudiant, évènements sportifs ou culturels.

Soutien aux initiatives associatives

En tant qu’organisation étudiante, la Fédération des Associations Etudiantes de Picardie soutient de nombreux projets réalisés par et pour les étudiants. Forts de notre réseau d’une vingtaine d’associations étudiantes, nous mettons en place et soutenons des projets très diversifiés allant des projets de solidarité avec l’AGORAé, la prévention et promotion de la santé (sécurité routière, Téléthon, Sidaction, bien-être en milieu étudiant…) en passant par l’offre culturelle (ciné-club mensuel de la FAEP ou encore le Tremplin musical étudiant : le FAEP’stival) ou la sensibilisation aux questions de citoyenneté (développement durable, la politique et les jeunes…).

La FAEP défendra la revalorisation régulière du FSDIE (Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes) en lien avec l’effectif de l’établissement, dont l’objectif premier est de permettre le financement de ces initiatives associatives par et pour les étudiants. En effet ce dispositif dont le fonctionnement doit être amélioré avec le Bureau de la Vie Etudiante permet à de nombreux projets étudiants de voir le jour et d’offrir aux étudiants des activités au-delà de leur cursus universitaire. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes se montrera promotrice de ce dispositif au sein de l’UPJV qui doit permettre aux étudiants de développer des projets au service de la communauté.

Plus récemment l’Université de Picardie s’est dotée d’une Fondation, levier indispensable au développement de notre établissement. La Fondation soutient des actions pour la santé des étudiants, l’égalité des chances, l’amélioration de la vie étudiante, le développement durable, l’amélioration des campus, l’entreprenariat étudiant ou encore l’ouverture sur le monde. La FAEP soutiendra le développement de cette Fondation et sa promotion afin de permettre le financement de projets ambitieux au service des étudiants et de la communauté universitaire, vecteur du rayonnement de l’Université.

Un espace d’échanges et de solidarité : l’AGORAé

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes a ouvert en février 2015 son espace d’échanges et de solidarité, l’AGORAé, grâce au soutien de la FAGE et de l’UPJV. Ce projet porté par et pour les étudiants est composé d’un lieu de vie accessible à tous les étudiants picards et d’une épicerie solidaire.

Au sein de l’épicerie solidaire, les étudiants bénéficiaires ont accès à des produits alimentaires, des fournitures scolaires, des produits d’hygiène et d’entretien, entre 10 et 20% des prix publics. L’objectif est de donner accès aux étudiants à des produits variés, qui leur permettent de diversifier leur alimentation et de veiller à leur équilibre alimentaire. Depuis son ouverture l’AGORAé a permis à de nombreux étudiants de faire face à des fins de mois difficiles.

Le lieu de vie de l’AGORAé, accessible à tous, est un espace convivial non stigmatisant vecteur de lien social où sont proposées de nombreuses activités. La FAEP propose aux étudiants un accès aux droits, au monde associatif, une aide pour le départ en vacances et de nombreux ateliers ont été mis en place cette année. Ainsi les étudiants ont pu participer à des ateliers cuisine afin de tester leur talent culinaire et de découvrir de nouvelles recettes pour cuisiner rapidement et sainement, des ateliers écriture pour jouer avec les mots, des séances de sophrologie pour apprendre à gérer son stress, des soirées jeux de société pour créer du lien social entre les étudiants ou encore des ateliers « optimiser sa recherche d’emploi ».

Enfin au sein de l’AGORAé, la FAEP propose à l’ensemble des étudiants d’acheter un Panier de Fruits et Légumes chaque semaine au tarif symbolique de 5 €. Pouvoir consommer des fruits et légumes de saison, récoltés aux Hortillonnages en étant sensibilisés aux circuits courts et à la consommation responsable, c’est désormais possible grâce à la FAEP et aux soutiens de nos partenaires : l’UPJV et la Région Nord Pas de Calais Picardie.

La FAEP œuvrera pour pérenniser l’AGORAé dans une région où le contexte socio-économique est particulier avec plus de 50% d’étudiants boursiers à l’UPJV. Développer l’épicerie sociale, poursuivre la dynamisation du lieu de vie et la variété des activités proposées seront les enjeux auxquels la FAEP répondra.

Un Bureau de la Vie Etudiante redynamisé

L’Université de Picardie Jules Verne s’est dotée récemment d’un Bureau de la Vie Etudiante chargé d’accompagner les étudiants dans leurs projets, de favoriser leur engagement dans la vie de l’établissement et d’œuvrer pour la vie étudiante. Composée de représentants des associations étudiantes et d’élus étudiants, la FAEP demande la dynamisation du Bureau de la Vie Etudiante qui doit être un lieu d’échanges, de partage de responsabilités et de réalisation de projets communs destinés à améliorer la vie sur les campus.

Il nous paraît indispensable que cette structure soit composée essentiellement d’étudiants – représentants d’associations, élus centraux ou des composantes – sous la direction du Vice-Président Etudiant pour œuvrer pour une vie étudiante ambitieuse, dynamique et accompagner les étudiants.

Le Bureau de la Vie Etudiante doit être le lieu de rencontres et d’échanges des associatifs pour la préparation de leurs projets par et pour les étudiants. La FAEP œuvrera pour mettre en place une politique de formation des associatifs et élus étudiants de l’Université.

En effet les associations étudiantes proposent de nombreux services et un accompagnement quotidien sur leurs campus, c’est pourquoi nous devons leur proposer un accompagnement quotidien et des formations adaptées aux pratiques actuelles. De la même manière, les élus étudiants de l’Université de Picardie Jules Verne doivent bénéficier de formations adaptées pour représenter au mieux leurs pairs sur l’enseignement supérieur et la recherche dans l’ensemble des conseils de l’établissement.

Création d’un Observatoire de la Vie Etudiante

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes est experte de la vie étudiante en Picardie en étant au plus proche des étudiants via notre réseau associatif dans l’ensemble des domaines de formation de l’Université de Picardie Jules Verne. Ainsi nous organisons diverses consultations (sondages, questionnaires…) auprès des étudiants pour recueillir certains paramètres et caractéristiques afin de mettre en place des projets et actions concrets pour les étudiants comme le questionnaire « enquête sociale des étudiants en Picardie en 2012 » avant l’ouverture de l’AGORAé pour évaluer la situation et les besoins.

La FAEP demande la création d’un Observatoire de la Vie Etudiante à l’Université de Picardie Jules Verne pour donner une information aussi complète, détaillée et objective que possible sur les conditions de vie des étudiants et le déroulement des études, de manière à éclairer la réflexion stratégique, politique et sociale de l’Université.

Actuellement, certains services de l’établissement prennent en charge une partie des données que l’on pourrait ainsi collecter via l’OVE mais nous ne disposons pas d’une vue d’ensemble des conditions de vie des étudiants en Picardie et plus particulièrement à l’UPJV, notamment sur les questions de santé, d’accès à l’enseignement supérieur ou encore les aides sociales perçues par les étudiants.

La création d’un tel Observatoire permettrait à l’Université de Picardie Jules Verne d’être éclairée pour la prise de décision. Les associations étudiantes seront motrices pour diffuser les informations et enquêtes mises en place par l’Observatoire de la Vie Etudiante grâce à leur présence quotidienne auprès des étudiants.

Le sentiment d’appartenance à l’établissement

Forte des quelques 27.000 étudiants que compte l’Université de Picardie Jules Verne, la FAEP œuvrera pour développer le sentiment d’appartenance à l’établissement étant convaincu de l’intérêt d’une dynamique par les pairs comme vecteurs de réussite, de cohésion et de rayonnement de l’Université.

De nombreux dispositifs et actions peuvent être mis en place pour développer une telle cohésion : le parrainage des néo-étudiants arrivant à l’Université de Picardie Jules Verne sur le modèle des étudiants en santé (parrainage des étudiants en Première Année Commune aux Etudes de Santé par des étudiants en L2-L3 volontaires) ou des étudiants internationaux (parrainage et accompagnement avec l’Association des Etudiants Internationaux d’Amiens-ESN et la Direction des Affaires Internationales) ; l’organisation d’évènements d’accueil des néo-étudiants (village étudiant dynamisé et attractif) d’évènements inter-filières durant l’année universitaire (tournois sportifs inter-filières à l’échelle de l’établissement, la ronde des UFR, barbecue des étudiants…).

En effet les étudiants doivent se sentir accueillis et partie prenante de l’Université de Picardie Jules Verne. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes et nos associations seront aux côtés de l’Université pour mettre en place des actions, clé d’une attractivité pour les futurs-étudiants.

Le développement d’un tel sentiment au-delà des moments de cohésion aura des retombées sur le cursus universitaire des étudiants ; l’entraide étudiante étant un facteur indéniable de réussite universitaire et d’épanouissement.

L’engagement étudiant à l’Université

Alors qu’en 2014 « l’engagement associatif » était grande cause nationale pour valoriser et promouvoir le rôle des associations et de l’engagement bénévole dans la société, il est primordial que l’engagement étudiant soit valorisé au sein de l’Université de Picardie Jules Verne.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes demande à ce que l’engagement étudiant au sein des nombreuses associations de l’établissement soit reconnu au travers de leur cursus. En effet l’Université doit permettre aux étudiants d’acquérir et de développer des compétences, caractéristiques que ces étudiants développent au sein de leurs associations comme la gestion d’un projet, d’une équipe, d’un budget prévisionnel…

L’engagement étudiant passe également par les représentants étudiants qui s’engagent afin de représenter et défendre leurs collègues dans l’ensemble des instances de l’UPJV.    La FAEP demande à ce que les élus étudiants aient un soutien total de l’établissement pour remplir leur mission de représentation (soutien matériel, logistique…).

Le salariat étudiant à l’Université

La précarité étudiante est une réalité aujourd’hui dont l’ensemble de la communauté universitaire – organisations étudiantes, enseignants-chercheurs, personnels, équipe de direction – doit avoir conscience et apporter des solutions. Durant de nombreuses années l’Université a rempli son rôle d’ascenseur social permettant à chacun d’accéder à la formation et au diplôme. Cependant de nombreux étudiants doivent aujourd’hui se salarier pour faire face à des difficultés financières.

Se nourrissant avec moins de 4€/jour, renonçant aux soins médicaux faute de moyens suffisants, de nombreux étudiants sont contraints d’accepter des emplois sous qualifiés et sous-payés, consacrant ainsi de moins en moins de temps à leurs études. Ces étudiants les plus précaires sont les premiers à quitter l’Université, sans diplôme, sans qualification et sans expérience professionnelle.

Face à ce constat d’un salariat étudiant subi, la FAEP œuvrera pour le développement des jobs étudiants à l’Université de Picardie Jules Verne parfaitement compatibles avec la poursuite du cursus universitaire. En effet de nombreux emplois étudiants existent : tutorat à l’UPJV, monitorat certificat C2i ou en bibliothèque universitaire, ambassadeurs de l’UPJV, tuteurs de lycéens, chaînes d’inscriptions… Tous ces emplois présentent l’avantage d’être modulables aux contraintes de l’étudiant dans ses études et non l’inverse, comme c’est trop souvent le cas, tout en apportant un revenu complémentaire. Nous oeuvrerons pour la mise en place d’une plateforme Jobs-UPJV recensant toutes les offres disponibles à l’Université.

En effet trop peu d’étudiants ont connaissance de ces dispositifs qui permettent à un certain nombre d’étudiants de poursuivre leurs études dans de meilleures conditions, permettant ainsi un accès à une alimentation variée et de qualité, à la culture, à des sorties

La Fédération des Associations Étudiantes Picardes a obtenu en 2015 la mise en place de Régimes Spécifiques d’Etudes pour permettre aux étudiants salariés de concilier au mieux leur emploi et la poursuite de leurs études. Nous veillerons à la stricte application de ces conditions dans l’ensemble des formations de l’UPJV.

L’étudiant dans la ville

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes accorde une grande importance à l’intégration des étudiants dans leur ville de formation aussi bien sur Amiens que sur l’ensemble des sites délocalisés de l’UPJV (Creil, Beauvais, Saint Quentin, Cuffies Soissons, Laon) ainsi qu’à leur qualité de vie.

Alors que la population étudiante représente près de 20% de la métropole amiénoise nous devons être pleinement intégrés dans la politique de la ville. Ainsi la FAEP poursuivra ses relations avec la municipalité d’Amiens et Amiens Métropole pour porter la voix des étudiants.

Nous œuvrerons auprès de la Métropole pour une politique des animations culturelles et sportives ambitieuse et accessible aux étudiants. En effet trop d’étudiants ne fréquentent pas aujourd’hui les lieux culturels amiénois et ne pratiquent pas d’activités physiques et sportives faute de moyens. Nous devons tous ensemble œuvrer pour un accès le plus large possible à ces activités qui favorisent l’épanouissement personnel et la réussite universitaire.

Partant du constat qu’actuellement les étudiants rencontrent un certain nombre de difficultés avec le réseau de transports en commun (lignes et dessertes inadaptées, surchargées…) qui reste inaccessible à un certain nombre d’entre eux, la FAEP poursuivra sa participation aux assises du Transports. Ce rendez-vous annuel organisé par la Métropole est l’occasion pour la FAEP de porter la voix des étudiants et d’œuvrer pour réduire le coût de l’abonnement de bus en allant jusqu’à la gratuité pour les étudiants, favorisant la mobilité et le dynamisme de la ville.

Les particularités de la population étudiante accueillie à l’Université de Picardie Jules Verne doivent être prises en compte par la Métropole : avec plus de 50% d’étudiants boursiers il convient de trouver des solutions pour que les étudiants puissent accéder à leur lieu d’enseignement à moindre coût via une politique de stationnement acceptable ou en proposant aux étudiants des logements accessibles à tarifs modérés et encadrés.

Une Université tournée vers l’international

Actuellement, la France accueille chaque année près de 290 000 étudiants internationaux, ce qui représente 12% de la population étudiante. Cela nous place en cinquième position des pays d’accueil des étudiants d’origine étrangère. L’Université de Picardie Jules Verne se doit d’être tournée vers l’international pour favoriser les échanges.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes soutiendra les politiques d’échanges internationaux, d’accueil des étudiants, source d’échanges pour nos étudiants et d’enrichissements. De la même manière nous communiquerons sur les dispositifs d’échanges dans le cadre « d’Erasmus + » ou par convention permettant aux étudiants d’aller poursuivre leur formation à l’international pour acquérir une langue étrangère ; découvrir d’autres cultures, pratiques pédagogiques …

Les étudiants internationaux arrivant en Picardie pour la poursuite de leurs études sont hors du milieu familial, dans un environnement qu’ils doivent appréhender afin de trouver leur place. La FAEP demande la mise en place d’un guichet unique d’accueil des étudiants internationaux pour leur permettre d’avoir un interlocuteur unique à leur arrivée pour l’ensemble des démarches administratives.

De la même manière, il nous apparaît essentiel que ces étudiants internationaux soient pleinement intégrés dans l’établissement. C’est pourquoi vos élus FAEP encourageront davantage les moments de cohésion avec ces étudiants internationaux via les activités proposées par nos associations étudiantes.

Des lieux de vie sur l’ensemble des campus

 Pour la FAEP, l’Université n’est pas uniquement un lieu de formation pour les étudiants, c’est également et avant tout un lieu de vie, d’échanges, d’émancipation qui doit réunir toutes les conditions pour offrir une vie étudiante dynamique et tournée vers l’avenir. Hors actuellement il n’y a pas de lieu accueillant où les étudiants peuvent se restaurer, se retrouver pour discuter ou travailler dans les locaux de l’UPJV.

Les élus de la Fédération des Associations Etudiantes Picardes travailleront avec l’Université de Picardie Jules Verne pour mettre en place des lieux de vie sur l’ensemble des sites universitaires : espaces ouverts et attractifs permettant aux étudiants de se retrouver au-delà des cours.

A l’heure actuelle, les étudiants ne disposent pas de lieux spécifiques pour déjeuner, certains déjeunent par terre, faute de place, cela ne peut continuer. Nous axerons donc la réflexion sur le développement de lieux de vie ouverts à tous les étudiants pour leur permettre de se restaurer dans des conditions normales.

Des Bibliothèques Universitaires au service des étudiants

L’accès aux Bibliothèques Universitaires est un service essentiel pour les étudiants à l’UPJV auquel la Fédération des Associations Etudiantes Picardes est attachée, permettant aux étudiants un accès à des ressources documentaires diverses (ouvrages, abonnements, accès internet …) et un espace de travail primordial pour la réussite universitaire.

Actuellement de nombreux étudiants sont contraints de trouver d’autres lieux de travail à cause des horaires d’ouverture parfois trop restreints pour être en adéquation avec le rythme de travail d’un étudiant aujourd’hui.

 Ainsi la FAEP défendra l’élargissement des horaires d’ouvertures des Bibliothèques Universitaires sur Amiens et sur les sites délocalisés de l’UPJV. Permettre aux étudiants d’accéder à ces espaces jusque 22h en semaine ainsi que le samedi après-midi et le dimanche est un réel enjeu pour l’enseignement supérieur de demain et une réponse aux attentes des étudiants. Cela nous semble d’autant plus important que la mise à disposition de salles de travail est très hétérogène suivant les composantes et qu’aucune bibliothèque municipale n’est ouverte sur Amiens le dimanche, ce qui est une réelle difficulté pour certains étudiants.

Par ailleurs les élus de la Fédération des Associations Etudiantes Picardes œuvreront pour un réaménagement des bibliothèques universitaires. Jugées trop bruyantes par les étudiants, les bibliothèques doivent disposer d’espaces permettant le travail en groupe tout en offrant aux autres étudiants un confort de travail optimal pour la réussite de leurs études universitaires.

Enfin la FAEP veillera au maintien de la qualité de l’offre documentaire proposée aux étudiants dans l’ensemble des bibliothèques universitaires. Ainsi nous demandons la mise en place de commissions BU associant les élus étudiants et enseignants-chercheurs des conseils de gestion aux équipes des bibliothèques pour collaborer dans le choix des ouvrages et de la politique documentaire.

Des locaux et infrastructures de qualités

La qualité des locaux de l’Université de Picardie Jules Verne est importante pour le bien-être des étudiants et leurs conditions d’études. Il semble essentiel à la Fédération des Associations Etudiantes Picardes d’avoir des locaux entretenus pour maintenir l’attractivité de l’établissement. Les amphithéâtres parfois vétustes nuisent aux bonnes conditions d’études des étudiants : tables, strapontins abîmés …

De plus nous souhaitons que les amphithéâtres soient adaptés aux usages actuels notamment du numérique. Alors qu’un nombre croissant d’étudiants viennent en cours avec un ordinateur portable, trop peu de prises sont disponibles en amphithéâtre. La FAEP veillera à ce que chaque rénovation d’amphithéâtre s’accompagne d’une prise en compte de ces aspects.

Par ailleurs, la propreté des locaux est une chose que l’on ne peut pas négliger. Nous pensons qu’il faut sensibiliser les étudiants aux conditions de travail et tâches accomplies par les agents d’entretien et les agents d’entretiens aux habitudes et impératifs des étudiants.

Nous voulons dans un respect mutuel remettre la salubrité des locaux au cœur des problématiques de l’Université Picardie Jules Verne.

Ainsi, si une Université propre et entretenue nous semble primordiale, nous ne devons pas négliger la nécessité d’avoir une Université accessible à tous, y compris pour les personnes en situation de handicap. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes soutiendra le Plan d’Accessibilité Programmé sur les sites universitaires pour permettre aux étudiants en situation de handicap (moteur, visuel, auditif, cognitif …) d’étudier dans les meilleures conditions possibles.

La FAEP souhaite engager une réflexion avec la municipalité et la métropole sur les accès à certains sites universitaires notamment le pôle universitaire cathédrale qui est difficilement accessible aux étudiants en situation de handicap et peut présenter un frein à l’accès à l’enseignement supérieur.

Le campus citadelle

Le campus universitaire de la Citadelle doit accueillir plus de 4000 étudiants et 350 enseignants chercheurs et personnels de l’Université en début d’année 2017. Regroupant l’ensemble des formations en sciences humaines, sociales et philosophies (hors psychologie), histoire-géographie, langues, lettres, cultures étrangères et l’école supérieure du professorat et de l’éducation sur ce nouveau site universitaire à proximité des pôles universitaires scientifiques et cathédrale entraîne une restructuration importante de notre établissement.

Prévu initialement pour la rentrée universitaire 2016, le chantier de ce pôle universitaire de plus de 30.000 m² a pris du retard repoussant la rentrée à la citadelle au début d’année 2017. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes exprime ses craintes face à un déménagement en cours d’année universitaire afin de garantir des conditions d’études et de déroulement des examens optimaux aux étudiants.

De plus l’accessibilité à la bibliothèque universitaire du campus est une question primordiale pour la FAEP. En effet une rentrée à la citadelle en début d’année 2017 sous-entend un déménagement de la bibliothèque universitaire en pleine période de révisions et d’examens universitaires ce qui n’est pas envisageable pour les étudiants.

Au-delà des aspects liés au déménagement, la FAEP œuvrera aux côtés de l’UPJV et du CROUS d’Amiens-Picardie pour mettre en place une gestion des emplois du temps optimale permettant aux étudiants de se restaurer dans les meilleures conditions possibles.

Vous pouvez retrouver la contribution de la FAEP sur le projet Citadelle traitant des aspects des enseignants, de la vie étudiante sur le site, de son accessibilité et de sa gestion, ici.

Les services communs de l’Université

L’Université est composée de nombreux services communs comme le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé, le Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives, le Bureau d’Information, d’Orientation et d’Insertion Professionnelle, le Service des Affaires Culturelles

Ces services sont très importants pour les étudiants car ils leur permettent d’accéder à des soins et à de la prévention gratuitement. Ils peuvent également les aider dans leur orientation ou encore proposer de nombreuses offres culturelles ou sportives gratuitement.

Cependant, ces services sont trop souvent méconnus des étudiants, qui ne connaissent pas leur existence, leurs offres ou encore où les trouver. Les présentations faites par la plupart des services en début d’année sont nécessaires mais insuffisantes. La FAEP souhaite engager une réflexion sur la lisibilité des services communs aux étudiants qui doivent être connus de tous proposant de nombreux services gratuitement aux étudiants.

Dans une logique de développement du campus centre-ville qui regroupera à terme les pôles universitaires cathédrale, scientifique, citadelle et arts, la FAEP réfléchira à la possibilité de localiser certains services communs comme le SUMPPS ou le BIOIP en centre-ville pour qu’ils soient au plus proche des étudiants.

En effet les étudiants actuellement en centre-ville fréquentent trop peu le service universitaire de médecine préventive et promotion de la santé en raison de sa localisation sur le campus universitaire.

Une communication dynamique à l’ère du numérique

Aujourd’hui nous constatons que les actions de l’Université sont trop peu connues des étudiants, qu’il s’agisse des actions des services communs, des temps forts de l’établissement ou des manifestations organisées … Cela tient beaucoup à une communication qui n’est pas en adéquation avec le public cible : calendrier inadaptée, mauvaise utilisation du numérique.

La FAEP soutiendra l’évolution d’une communication de l’UPJV qui doit être présente sur les réseaux sociaux où sont les étudiants (site internet de l’UPJV, facebook, twitter) afin d’être au plus proche du public cible.

Le site internet de l’Université de Picardie Jules Verne ainsi que son Espace Numérique de Travail ont été modifié à plusieurs reprises ces dernières années. Cependant son utilisation reste parfois trop complexe pour la communauté universitaire qui n’utilise pas la majorité des fonctionnalités d’un tel espace.

Nous œuvrerons pour la mise en place d’une communication d’ampleur auprès de la communauté universitaire, étudiants et enseignants chercheurs, sur les fonctionnalités et usages possibles d’un Espace Numérique de Travail dynamique.

Par ailleurs, une grande partie de la communication de l’université se fait via les adresses universitaires des étudiants. Cette mailing permettant de transmettre des informations générales à tous les étudiants inscrits dans l’établissement repose uniquement sur l’adresse universitaire qui est sous-utilisée.

Ainsi de nombreuses informations (expositions et activités culturelles, sportives, informations des services communs…) n’atteignent pas les étudiants qui en sont la principale cible. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes souhaite que lors du C2i les étudiants soient invités à lier leurs adresses, étudiante universitaire et personnelle, permettant ainsi de mieux recevoir les informations que l’université transmet aux étudiants.

Un étudiant citoyen à l’Université

Un étudiant à l’Université est avant tout un citoyen dans la cité qui poursuit ses études à l’Université. Nous pensons qu’il est nécessaire d’encourager les actions citoyennes de sensibilisation, d’information auprès des étudiants.

Ainsi la FAEP souhaite engager une réflexion sur la mise en place de journées citoyennes organisées au début de l’année universitaire et dont le but est de conscientiser les étudiants sur des problématiques du monde contemporain. Il pourrait s’agir de ramassage de déchets, ou encore d’actions pour aider les personnes âgées ou en situation de handicap.

Par ailleurs, faute de comprendre les enjeux et le fonctionnement de l’Université, trop peu d’étudiants s’investissent dans la vie de l’établissement. Nous partageons le constat lors des différentes manifestations organisées par l’Université qui rassemblent trop peu d’étudiants ou encore lors des élections étudiantes qui mobilisent moins d’un étudiant sur cinq dans l’établissement.

Ainsi les élus de la Fédération des Associations Etudiantes Picardes défendront la mise en place d’un module sur le fonctionnement de l’Université, ses conseils centraux, leurs rôles et l’interaction avec les représentants des étudiants (sur le modèle de l’IROBU). Cela permettrait aux étudiants de se repérer plus facilement dans le fonctionnement de l’Université et de leur montrer l’importance d’exprimer sa voix comme un geste citoyen.

Une Université durable

A l’heure où Paris organisait la conférence des Nations Unies sur le climat face aux enjeux mondiaux en novembre dernier, l’université de demain se doit d’être une université verte.

Actuellement le tri sélectif n’est pas en place à l’Université de Picardie Jules Verne. Seul le pôle universitaire cathédrale est équipé de poubelles spécifiques au tri sélectif. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes souhaite que le tri sélectif soit étendu sur l’ensemble des sites universitaires amiénois et sur les sites délocalisés.  Il nous apparaît indispensable que les étudiants puissent poursuivre cette démarche de tri des déchets pour l’environnement à l’Université.

Par ailleurs, à l’aube de la mise en place d’une charte du développement durable à l’UPJV, nous veillerons au respect de cette charte concernant les déplacements, les énergies, la gestion des déchets et des achats et les enseignements grâce à notre présence active au sein du comité de développement durable de l’Université.

La FAEP sera pleinement engagée pour le développement et le soutien aux initiatives pour une Université plus verte et respectueuse de l’environnement.

L’accessibilité et la gestion des flux à l’Université

Les conditions d’accessibilité et la gestion des flux sont des questions préoccupantes pour les étudiants et pour notre Fédération. Alors que les étudiants rencontrent des difficultés pour accéder aux sites universitaires (stationnement payant, réseaux de bus inadaptés ou surchargés …), la FAEP souhaite engager une réflexion sur les conditions d’accessibilité sur les sites universitaires.

Ainsi la FAEP travaillera à la mise en place d’une plateforme de covoiturage pour les étudiants sur Amiens afin de favoriser l’utilisation d’un seul véhicule pour les étudiants ayant un parcours similaire permettant de réduire l’impact environnemental et les difficultés de stationnement sur le site.

Nous poursuivrons les discussions avec Amiens Métropole et AMETIS concernant le réseau de transports urbains. Il nous apparaît indispensable que les principaux sites universitaires soient desservis de manière optimale avec une tarification adaptée aux étudiants et aux spécificités des étudiants de l’UPJV.

Enfin des bornes Vélam’ et des bornes de stationnement des vélos des étudiants doivent être mises en place à proximité des pôles universitaires pour être au plus proche des étudiants dans le but de permettre aux étudiants qui le souhaitent de venir sur leur lieu d’études en vélos, moyen de transport à la fois pratique et respectueux de l’environnement.

Développement d’une politique partenariale : vers le pass’études

L’étudiant étant au cœur de la ville, nous souhaitons la mise en place d’une politique partenariale entre les associations, l’Université de Picardie Jules Verne et Amiens Métropole. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes soutiendra la mise en place d’un pass’ culturel et sportif sur le modèle du « pass’études » accessible aux étudiants picards.

Ce dernier serait disponible dès la rentrée universitaire et proposerait des tarifs réduits pour divers événements aux étudiants en Picardie. Il pourrait regrouper des offres culturelles et sportives de divers partenaires dont la Maison de la Culture, la Comédie de Picardie, le Cirque d’Amiens, le cinéma Saint-Leu, le Coliséum …

Cette offre pourrait également être étendue aux sites délocalisés de l’Université en créant des partenariats locaux entre chacune des villes où se trouve un site universitaire, l’UPJV et le tissu associatif soutenu par la Fédération des Associations Etudiantes Picardes.

La Fédération des Associations Etudiantes Picardes soutiendra la mise en place d’une politique partenariale avec la Métropole et les villes universitaires de Picardie pour offrir aux étudiants une offre culturelle et sportive à un tarif attractif.

Droit, Science Politique, Economie, Gestion et Administration

Revoir l’accès au pôle cathédrale : Ce pôle universitaire particulièrement fréquenté n’a pas d’accès adéquat pour les personnes à mobilité réduite. Il faut engager une discussion entre l’Université de Picardie Jules Verne et Amiens Métropole pour réussir à améliorer l’accessibilité.

 

La Bibliothèque Universitaire : La BU du pôle cathédrale est particulièrement bruyante, surtout pour les deux premiers étages. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes a pour objectif de revoir l’aménagement des BU afin de créer des espaces mieux insonorisés. Par ailleurs, la FAEP souhaite que la bibliothèque universitaire soit ouverte sur des horaires plus larges – 22h00 en semaine et le week-end – pour mieux correspondre aux besoins des étudiants.

 

Les Master : Il est important d’adapter les masters de l’Université au monde du travail. Cela a été réalisé en économie et à l’Institut d’Administration des Entreprises lors de ces dernières années. Ce travail doit être poursuivi et doit également être réalisé au sein de l’UFR de Droit et Science Politique.

 

La Science Politique : La Licence de Science Politique doit être remise en valeur par l’Université pour son existence propre et non comme un surplus à la licence de Droit qui est trop souvent perçue ainsi actuellement.

Une meilleure communication sur son contenu, y compris le fait qu’elle comporte beaucoup de Droit doit être mise en place.

 

Les Scolarités : Les étudiants rencontrent des difficultés pour se rendre dans les différentes scolarités en raison d’une inadéquation entre les horaires d’ouverture de ces services et les horaires de cours. Les élus de la Fédération des Associations Etudiantes Picardes s’engagent à travailler sur ce point. De plus, les informations pourraient être communiquées de façon simplifiée et moderne par les scolarités, par exemple en passant par les réseaux sociaux (page facebook de l’UFR) en plus de l’affichage sur le pôle.

 

Lieux de Vie : Le pôle universitaire cathédrale manque de lieu pour accueillir les étudiants actuellement. La cafétéria est trop petite pour l’ensemble des étudiants et certains sont donc obligés de se restaurer dans des espaces inappropriés. Pour éviter cela, la FAEP tentera, dans un travail en synergie avec l’UFR, de créer des espaces de lieux de vie dans les endroits non utilisés de l’UFR. La mise en place de ces lieux de vie pourra aller dans une logique de propreté du pôle qui semble essentielle.

 

Saturation des locaux : Le Pôle universitaire cathédrale est l’un des plus saturés de l’UPJV, il nous semble important de travailler sur ce problème, en proposant des cours dans les UFR voisines comme à l’UFR des Sciences, ou au sein de l’Espace Somme, cela devant se dérouler dans des conditions décentes et sans nuire aux études et au travail des étudiants.  Nous aimerions que les cours donnés dans d’autres composantes permettent de limiter au maximum les cours le samedi matin. La FAEP suivra de près les négociations entre Amiens Métropole et l’UPJV quant au transfert de certains cours ou filières à l’espace Somme, notamment ceux de l’Institut des Administrations et Entreprises.

Lettres, Arts, Langues, Histoire-Géographie, Philosophies, Sciences Humaines, Sociales

Modalités de contrôle des connaissances : les MCC doivent être affichées en début d’année universitaire afin que tous les étudiants en prennent connaissance en amont de leurs examens. Par ailleurs, nous veillerons au respect de ces MCC dans toutes les UFR.

 

Affichage des résultats : Les étudiants doivent avoir accès à des résultats définitifs et fiables dans un délai raisonnable après la session d’examen. Ces affichages devront être disponibles au minimum deux semaines avant la deuxième session.

 

L’accès au site : il est nécessaire de mettre en place des bornes Velam’ ainsi que des bornes permettant aux étudiants de déposer leur vélo. Cette initiative aura pour but de faciliter l’accès au site universitaire.

 

Lien entre les UFR : certaines UFR, de par leur position géographique, sont mises à l’écart comme l’UFR des Arts. Il serait par exemple intéressant de créer une synergie entre les étudiants en arts et ceux présents au campus en passant par différentes expositions ou présentations artistiques.

 

Les passerelles et réorientations : actuellement, de nombreux étudiants des filières Lettres, Langues, Sciences Humaines abandonnent en cours de licence. Il est nécessaire de communiquer sur les différentes possibilités de réorientation au sein des UFR.

 

L’insertion professionnelle : pour optimiser l’insertion professionnelle, il est important d’aiguiller les étudiants en leur présentant l’ensemble des professions qui correspondent aux formations qu’ils seraient susceptibles de suivre à l’UPJV.

 

Le tutorat : volet essentiel de la réussite, le tutorat doit absolument être mis en place pour tous les étudiants en première année, afin d’accompagner les néo-bacheliers dans la découverte de l’université. Ceci étant fait par les pairs, l’étudiant aura plus de facilités à poser des questions, à s’impliquer dans ses études et à s’intégrer au sein de son UFR.

 

L’international : La FAEP souhaite répertorier toutes les possibilités d’études à l’étranger (Erasmus plus, conventions d’échanges bilatéraux), communiquer largement sur leur existence, sur les modalités d’accès, et tenter de développer le nombre de places y donnant accès.

 

Les conditions d’études : l’attractivité des formations dépend grandement de la qualité des outils mis à disposition des étudiants par l’UPJV. Ceux-ci, ainsi que les logiciels, doivent être mis à jour régulièrement afin de répondre au mieux aux besoins des étudiants.

Sciences, Mathématiques, Informatique et Technologies

Sciences :

Connaître les différentes filières : En sciences, les étudiants ne connaissent pas forcément l’ensemble des disciplines proposées par l’UPJV dans ce secteur. Une meilleure présentation des différentes disciplines en début d’année universitaire pourrait permettre une meilleure orientation des étudiants.

 

Fête de la Science : Il semble intéressant aux membres de la FAEP de promouvoir la Fête de la Science sur ces différents pôles et ce en permettant aux étudiants d’y participer. Pour que cela soit fait il serait intéressant de créer une journée banalisée pour les étudiants, ou du moins d’excuser de cours les étudiants souhaitant s’investir dans cet évènement.

 

Entretien des locaux : Les locaux de l’UFR des Sciences sont parfois mal entretenus, certains endroits dans les minimes sont parfois très sales, ce qui ne peut être acceptable. Par ailleurs le chauffage dans ces locaux est souvent tardif, ce qui gêne les étudiants et les met parfois dans des conditions délicates, surtout dans les TP.

 

Accueil des néo-étudiants : L’accueil des néo-étudiants L1 n’est à l’heure actuelle pas optimal. De ce fait ces derniers se sentent vite isolés et ne comprennent pas le fonctionnement de l’Université. Il faut revoir les premiers jours des étudiants à la faculté. Une collaboration entre les associations, l’UFR des Sciences et l’Université permettra de mieux expliquer aux étudiants le fonctionnement de ce nouveau monde qu’est la vie étudiante.

 

Tutorat : Le tutorat est très important pour la réussite des étudiants.  Aujourd’hui il n’existe plus en sciences. La FAEP le regrette et pense qu’il est essentiel qu’il soit remis en place au plus vite, dès le premier semestre. Le tuteur peut être un réel repère pour les nouveaux étudiants et peut leur permettre de comprendre les attentes du monde universitaire sans que l’étudiant ne ressente de jugement.

 

Les parkings : Dès le 1er mars 2016, les parkings de Saint-Leu sont devenus payants. La FAEP a lancé une pétition qui a obtenu plus de 1000 signatures en quelques jours. Cette pétition nous a permis de rentrer en pourparlers avec Amiens Métropole. La FAEP propose plusieurs dispositifs comme de mettre en place un tarif étudiant attractif à l’instar de celui en place au parking sous-terrain du pôle cathédrale ou bien une vignette équivalente à celle des résidents pour ceux qui font du covoiturage. Plusieurs pistes sont donc en discussion actuellement …

Institut Universitaire Technologique :

Actualiser les maquettes : Les maquettes des étudiants en Institut Universitaire Technologique ne sont pas assez régulièrement mises à jour. De ce fait les enseignements suivis ne sont pas tous en corrélation avec les attentes du monde du travail d’aujourd’hui. Pour éviter cela, la FAEP souhaite une mise à jour de toutes les maquettes de formation.

 

Augmenter les Travaux Pratiques : les études en IUT se veulent professionnalisantes, pourtant elles restent pour la plupart très théoriques. La FAEP demande que des moyens supplémentaires soient alloués pour permettre d’augmenter le nombre de TP.

 

Chauffage : Le chauffage est particulièrement mal réparti dans les différents bâtiments de l’IUT, une étude des besoins et de la répartition de chaque bâtiment doit être faite pour éviter les disparités.

 

Subvention et soutien aux associations : Les subventions sont nécessaires à la vie des associations au sein des différents département des IUT, cependant leur répartition sur l’année n’est pas optimale pour permettre aux étudiants de faire de nombreux évènements. Pour que les associations puissent profiter au mieux des subventions qui leur sont allouées il faut mieux répartir les commissions d’attribution mais aussi déclencher ensuite une mise en paiement plus rapide. Dans le cas contraire la réalisation des projets est mise en péril.

 

Stationnement : Les parkings au niveau des IUT sont très mal exploités. Le problème de place pourrait être limité par le simple fait de tracer des lignes blanches au sol qui n’existent plus. Par ailleurs ce parking n’est pas surveillé et certains vols s’y font connaître. Les étudiants doivent pouvoir laisser leur véhicule sur leur lieu d’études en toute sécurité. Il est donc important de mettre en place des caméras sur les parkings, ou de mettre en place un service de surveillance.

 

Sites délocalisés : Les sites délocalisés sont bien souvent les grands oubliés de l’UPJV, pourtant ils sont très importants car on y donne des enseignements de qualité, certains n’existant pas à Amiens. De plus ils permettent à des étudiants n’ayant pas les moyens ou l’envie de se rendre à Amiens de poursuivre leurs études. Il semble incompréhensible pour les élus de la FAEP que les étudiants en sites délocalisés n’aient pas accès aux mêmes services que les étudiants sur Amiens. La FAEP fera son maximum pour que les étudiants en sites délocalisés aient accès aux services communs de l’université.

Médecine, Pharmacie et Sciences du Sport

Le tutorat : volet essentiel de la réussite, le tutorat doit être poursuivi notamment pour les étudiants en Première Année Commune aux Etudes de Santé afin d’accompagner les néo-bacheliers dans la découverte de l’université et de cette année spécifique. De la même manière un accompagnement par les pairs peut être mis en place dans les promotions supérieures comme un Tutorat de simulation.

 

La simulation en santé : L’apprentissage de la sémiologie et du comportement en santé doit passer par la simulation. Avec l’ouverture récente du Centre de Pédagogie Active et Simulation en Santé, plus grand centre européen polyvalent de pédagogie active et simulation en santé nous disposons d’un espace accessible pour la formation initiale des étudiants. Outil de formation professionnelle unique grâce à une mise en situation opérationnelle, le CPA SimuSanté place l’étudiant au cœur de son apprentissage et en situation de contextes professionnels authentiques.

 

Le numérique : Les formations en santé doivent être pionnières sur l’utilisation du numérique notamment grâce à la plateforme nationale SIDES qui permet aux étudiants en médecine de s’entraîner et de préparer les Epreuves Classantes Nationales avec des supports numériques de qualité. La FAEP soutiendra ces innovations pédagogiques en santé qui placent l’étudiant au cœur de sa formation.

 

Les déménagements des formations en santé : Alors que les étudiants en PACES et en premier cycle des études médicales ont pris possession du bâtiment G sur le campus universitaire en début d’année 2016, le reste des étudiants en santé sera amené à déménager du pôle Saint Charles vers le campus. La FAEP sera vigilante concernant ce transfert, pour que les conditions d’études permettent une poursuite des pratiques pédagogiques (travaux pratiques).

 

Les stages à l’étranger : Alors que de plus en plus d’étudiants en santé souhaitent poursuivre leur apprentissage à l’étranger, la FAEP œuvrera pour développer la mise en place de ces stages et les rendre accessibles à tous les étudiants aussi bien en médecine, orthophonie, pharmacie.

 

La recherche en santé : La Fédération des Associations Etudiantes Picardes souhaite informer davantage les étudiants de l’ensemble des formations en santé sur les possibilités de poursuivre un cursus en recherche dans le cadre d’un master. Pratique connue des étudiants en médecine dont certains débutent un master dès leur deuxième année, cela doit être mis en place et accessible pour tous les étudiants en santé.

 

Accès à la filière STAPS : Depuis plusieurs années, de plus en plus de lycéens se dirigent vers les Sciences Techniques des Activités Physiques et Sportives ce qui est à l’origine d’une augmentation notable des effectifs. La Fédération des Associations Etudiantes Picardes continuera de se positionner contre toute forme de contingentement, œuvrant pour la mise en place d’une orientation active dès le début du secondaire pour accompagner le lycéen.

 

Evolution des conditions de formation en STAPS : A l’heure actuelle plusieurs enseignements dits de « pratiques sportives » ont été décalé ou annulé de la formation, ce qui engendre des inquiétudes chez les étudiants quant à l’acquisition de certaines compétences essentielles pour leurs pratiques professionnelles. La FAEP demande la mise en place de l’ensemble des enseignements préconisés par la maquette pour offrir aux étudiants une formation de qualité. De plus au vu de l’augmentation du nombre d’étudiants, nous serons vigilants quant à l’effectif au sein de ces groupes de pratiques sportives car l’interaction avec les autres étudiants et l’enseignant est essentielle.