Tirage au Sort – la FAEP et la FAGE mobilisées

Tirage au Sort – la FAEP et la FAGE mobilisées

0 238

Le jeudi 27 avril 2017, a été publiée une circulaire relative au traitement des affectations dans les licences sous tension (STAPS, Droit, Psychologie, etc.) et en PACES. A quelques jours du second tour de l’élection présidentielle cette circulaire acte définitivement la sélection par tirage au sort à l’entrée de l’université.

La FAEP et la FAGE dénoncent le choix d’une solution de facilité, à un refus de proposer de réelles solutions. En effet, à l’heure où l’accès à l’enseignement supérieur n’est plus une certitude et où la pression s’installe à l’entrée des cursus dits “sous tension”, cette circulaire représente l’abandon pur et simple de l’engagement du ministère pour le droit à l’égalité d’accès à l’enseignement supérieur.

Nous regrettons vivement qu’une telle décision soit rendue sans la moindre consultation des fédérations étudiantes représentatives des étudiants concernés.

[MISE A JOUR] 

En déplacement à bordeaux, la nouvelle Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, a annoncé vouloir mettre un terme à la pratique du tirage au sort à l’entrée de l’Université. Son discours envoie ainsi un message positif à la communauté universitaire et aux étudiants en jugeant cette modalité d’accès aux études supérieures « ni efficace, ni juste ».

La FAGE à par ailleurs rappellé à la ministre que si la pratique du tirage au sort n’est pas acceptable et ne répond pas à l’objectif de permettre l’élévation du niveau de qualification des nouvelles générations, instaurer une sélection sèche à l’entrée de l’enseignement supérieur n’est pas plus acceptable. Seule la démocratisation de l’enseignement supérieur et de la recherche peut répondre à cet enjeu et permettre ainsi de ne laisser aucun jeune sans perspective de formation.

Réforme du baccalauréat, orientation active co-construite, définition d’acquis pour mieux informer les lycéens sur les contenus des formations du supérieur : des propositions peuvent aujourd’hui, comme le demande la FAEP et la FAGE, contribuer à renforcer les liens entre l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur afin de répondre à la problématique de l’important taux d’échec et de réorientation en 1er année de licence.

Si le cap fixé par la Ministre semble positif Il sera necessaire de rester vigilant à ce que la fin de la pratique du tirage au sort ne rime pas avec la mise en place de prérequis coercitifs qui masqueraient une forme de sélection